LE DENTISTE SOUS HYPNOSE, UN PLAISIR

En faisant entrer cette technique dans les cabinets dentaires, les praticiens suppriment la douleur. Tout en réduisant notre facture.

Grâce à Lory Anthoine, qui l’a placée sous hypnose, cette patiente a vécu sans aucun stress sa séance chez le Dr David Gerdolle.

Grâce à Lory Anthoine, qui l’a placée sous hypnose, cette patiente a vécu sans aucun stress sa séance chez le Dr David Gerdolle. Image: Jean-Guy Python

Avoir peur du dentiste, c’est courant… Pour certains – notamment les enfants (mais pas que) –, ça vire même à la phobie. D’ailleurs, à en croire les statistiques, 50% des patients craignent les soins dentaires, dont 4% à un degré extrême. D’où l’idée de faire entrer les hypnothérapeutes dans les cabinets où la fraise est reine. À Montreux (VD), par exemple, le Dr David Gerdolle tente l’expérience depuis début octobre avec une jeune spécialiste en la matière, Lory Anthoine. «C’est efficace pour quasi tous les problèmes, que cela soit pour gérer la peur des enfants ou les phobies des piqûres, en passant par ceux qui souhaitent réduire ou supprimer les anesthésiants», assure-t-elle.

Concrètement, cette pratique, qui en est à ses balbutiements chez les dentistes suisses – contrairement à d’autres pays comme la France, la Belgique ou le Canada –, permet effectivement d’effectuer des interventions sans narcose. «Mais ce n’est pas la demande prioritaire, souligne la praticienne. Ce que souhaitent la plupart des gens, c’est supprimer leur peur, mais sans pour autant renoncer à l’anesthésie.» L’objectif premier étant de rendre la séance psychiquement tolérable.

«Sieste de deux minutes»

Et là, le Dr Gerdolle est bluffé. «C’est particulièrement spectaculaire avec les enfants. Avec certains, c’est des cris et des larmes. Sous hypnose, ils sont plus que calmes, ils sont dans leur monde. Je peux même effectuer des actes compliqués et longs. C’est un plaisir pour tout le monde.» Les bénéfices avec les adultes ne sont pas moindres. «Ceux qui sont angoissés ratent leurs rendez-vous ou décommandent au dernier moment. Et quand ils sont là, rien ne va: ils ont des nausées, ne peuvent pas mettre la tête en arrière… Là, tout à coup, ils sont zen. À la fin, ils ont l’impression d’avoir fait une sieste de deux minutes, alors que le traitement a duré deux heures.»

Toutefois, le patient ne dort pas. Il reste constamment en contact avec l’hypnothérapeute. «Le cerveau reçoit les informations liées aux actes médicaux, mais il ne réagit pas de la même façon à la douleur», explique Lory Anthoine. La prise en charge débute un quart d’heure avant l’installation sur le fauteuil du dentiste. «Avec les enfants, je travaille sur l’imaginaire. Je rentre dans leur monde et les fais notamment dessiner sur un tableau fictif avec des crayons de couleur.» Avec les adultes, l’objectif est d’induire un état de bien-être et de relaxation. Et globalement, cela fonctionne sur tout le monde.

Dans un premier temps, le Dr Gerdolle craignait que les soins pratiqués sous hypnose ne durent deux fois plus longtemps. En réalité, c’est l’inverse. «Je vais revoir la durée de mes rendez-vous», dit-il. Quant au coût final pour le patient, il sera sans doute lui aussi réduit, y compris en y incluant la séance d’hypnose. (Le Matin)

PAR PASCALE BIERI 

LogoGross

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close