Freiner l’explosion des primes grâce à l’hypnose?

Un conseiller national UDC souhaite que l’hypnothérapie figure dans le Tarif 590, qui regroupe les méthodes thérapeutiques reconnues.

storybild

Adriana Wolff, gauche, médecin adjointe au service d’anesthesiologie et Claire-Anne Siegrist, droite, médecin adjointe au département de l’enfant et de l’adolescent, effectuent une démonstration d’hypnose lors d’une conférence de presse des HUG, le 17 janvier dernier à Genève. (Photo: Keystone/Martial Trezzini).

Une faute?

Quel est le point commun entre les massages ayurvédiques, l’acupuncture et la thérapie par l’alimentation du point de vue de la médecine traditionnelle chinoise? Les trois méthodes de médecine complémentaire peuvent être remboursées par l’assurance maladie complémentaire. Mais, en ce qui concerne l’hypnose, la situation est tout autre, écrit jeudi «20 Minuten». Actuellement, seules certaines caisses isolées la remboursent à titre volontaire.

Le conseiller national Bruno Walliser (UDC/ZH) voudrait changer cela. Dans une questionadressée début juin au Conseil fédéral, il souhaite savoir si les Sages sont prêts à compléter le Tarif 590, qui regroupe les méthodes thérapeutiques reconnues, afin que l’hypnose thérapeutique y figure aussi.

Economiser de l’argent

Le politicien agrarien a en effet expérimenté les bienfaits de cette méthode sur sa propre personne. «Je me suis fait hypnotiser parce que je souffre d’une maladie chronique», explique-t-il à nos confrères alémaniques. Le Zurichois affirme s’être remis beaucoup plus vite de sa dernière opération par rapport à celles subies au préalable. Il est convaincu que l’hypnose permet d’économiser de l’argent.

Bruno Walliser est soutenu par Patrick Meyenberger, le président de l’association suisse des professionnels de l’hypnothérapie (APSH). Celle-ci réalise actuellement plusieurs études afin de «prouver scientifiquement» les bienfaits de l’hypnothérapie. Patrick Meyenberger va même encore plus loin que le conseiller national: selon lui, la méthode devrait être prise en charge par l’assurance maladie de base.

Ruth Humbel, conseillère nationale (PDC/AG), ne partage pas son avis. Pour elle, il est problématique de sans cesse rajouter de nouvelles prestations au catalogue de l’assurance de base.

Visana est une des assurances maladie de Suisse ne prenant pas en charge l’hypnothérapie. Son porte-parole David Müller explique: «Les preuves scientifiques concernant l’efficacité, l’adéquation et la rentabilité ne sont pas suffisantes actuellement.» La caisse maladie précise par ailleurs qu’il est impossible de prendre en compte toutes les formes de thérapies existantes puisque cela ne ferait qu’augmenter le prix des primes.

 

07 juin 2018 13:45- 20 Minutes

20min_logo_ro.png

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close